Dénonciateur, avocat et acteur : Marc Schwartz

1
Partager cet article :

Lorsque Mark Schwartz jouait du Tchékov pendant ses études d’art scénique en première année, il n’imaginait pas y donner suite ultérieurement.

« Je ne pensais pas que jouer était une chose adulte et responsable à faire », explique-t-il.

Il s’est spécialisé en sciences politiques à la place…

Certainement que ces années au tribunal en tant qu’avocat lui ont fourni suffisamment d’opportunités de faire du théâtre.

Le choix de carrière précoce de ce natif de Pittsburgh, le droit, semble plutôt « Duckish », pour reprendre le langage de Margaret Lobenstine.

Schwartz a emprunté le même chemin qu’il avait utilisé à bon escient pour poursuivre sa licence et il a commencé a travaillé. Le droit a été poursuivi par les Investissements Bancaires, domaine dans lequel il est devenu le premier vice-président de Prudential-Bach Securities au département des finances publiques de Philadelphie.

La première expérience dramatique de Schwartz a été auto-imposée et non officielle : il est devenu dénonciateur d’entreprise.

En tant que responsable au sein du service prudentielle des exonérations d’impôts pour les pays du centre du littoral Atlantique, il dit avoir pris conscience de la pression exercée sur les employés pour qu’ils contribuent aux campagnes politiques.

Après s’être opposé à cette pratique et s’être fait licencié, il a passé deux ans « désagréables » à poursuivre une affaire contre les pratiques de Prudential avec la National Association of Securities Dealers.

En conséquence, la Commission des opérations de bourse a interdit les contributions politiques par des souscripteurs et a commencé à garder un œil sur les dons politiques par les sociétés de courtage.

Quelques chambres ont convenu de limiter les contributions politiques mais un panel d’industriels a examiné l’affaire de Prudential et a rejeté la réclamation de Schwartz disant qu’il avait été congédié injustement. Il s’est toutefois senti disculpé car Prudential a été condamné par la Commission Fédérale des Élections à payer une lourde amende.

Cette expérience a laissé Schwartz « couché à terre ».

Incapable d’intéresser d’autres sociétés de Wall Street, il a créé son cabinet de droit privé dans sa Pennsylvanie natale, grâce à ses économies, en essayant de supporter sa femme et ses deux jeunes fils, et est arrivé au bord de la faillite.

Le point de rupture est apparu lorsqu’un ancien collègue de la Banque d’Investissement est mort à l’âge de 40 ans.

Schwartz dit qu’il était à ce moment-là dans une spirale sérieuse de dépression, mais qu’un camarade généreux de Swarthmore lui avait lancé une bouée de sauvetage en lui conseillant de conserver des missions légales pour sa famille.

« Il admirait mon côté dénonciateur », déclara Schwartz, « et il m’a donné du travail à un moment critique, ce qui m’a donné l’opportunité de réévaluer ma vie ».

Verdict : Schwartz perçoit ses années dans la haute finance comme un interlude vide, si ce n’est qu’éducatif:

«  Cela ne me permettait pas d’utiliser mon cerveau de la façon dont Swarthmore l’a développé ».

C’est après avoir regagné de l’intérêt pour la pratique du droit que son attrait précoce pour le théâtre réapparut.

La représentation d’un agent d’alphabétisation et un cinéaste lui a donné la forte envie d’essayer quelques cours de théâtre.

Il a commencé à auditionner et il a été choisi pour jouer Truman Capote dans Cruelties, une pièce de l’écrivain qui a gagné le prix de la Meilleure Nouvelle Pièce par la New York Drama League.

Pour se préparer à ce rôle, il s’est plongé avec une intensité caractéristique à « exploiter tout de Capote qui pouvait me tomber entre les mains », en déterrant par exemple de vieux enregistrements afin même d’obtenir la voix traînante et boudeuse de la légende littéraire, et en commandant les premières éditions de ses livres sur eBay.

Pour ses six représentations dans un théâtre minuscule à la Pace Université de New York, il a été payé un total de 65$. Schwartz a conclu que le théâtre, loin de ne pas être adulte, demande beaucoup d’efforts.

« Jouer est la profession la plus difficile que je n’ai jamais vu. Si les banquiers d’investissement sont en état de mort cérébrale et les avocats ont un petit pas dedans, les arts dramatiques est le plus difficile quant à la quantité de travail à fournir pour réussir. »

Avec de nouveaux rôles dans des films indépendants sur son curriculum vitae, Schwartz est aujourd’hui à la recherche d’un nouveau rôle.

En attendant,  il espère que son prochain travail d’être le mentor d’une nouvelle génération d’avocats – en commençant par la cuvée actuelle de Swarthmore des Âmes Renaissance, y compris son fils Benjamin en 2006.

Auteur :  Ali Crolius, Swarthmore, promo 1984

Traduction et illustration : Brigitte Roujol

Lien vers l’université  de  Swarthmore

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Le site Horizoom.com accueille des articles invités susceptibles d’intéresser les Esprits Renaissance, Multipotentiels et Entrepreneurs de soi. Pour connaitre la politique de publication, voir page Articles invités

Un commentaire

  1. Rétrolien: Touche-à-Tout versus Expert ? | HORIZOOM

Laisser un commentaire