Le monotâche : du voeu pieux à la pratique

2
Partager cet article :

Léo Babauta avoue dans son article  I’m Returning to Single-Tasking qu’il ne respecte pas toujours sa sacro-sainte règle du mono-tâche et nous explique comment y revenir.  Ce qui suit en est la traduction.


Article de Léo Babauta

J’ai une confession à faire : malgré le fait d’avoir écrit des livres sur le sujet, ainsi que de nombreux articles, je n’ai pas travaillé en monotâche dernièrement.

Je suis retourné au multitâches et aux distractions.

J’aimerais accuser mon smartphone (le temps de mon tout simple téléphone me manque), mais en toute honnêteté, je passe également tout le temps d’un onglet à l’autre sur internet.

J’ai été attiré à lire de tant de choses différentes sur internet, de mails, de messages de ma famille, que j’avais tout le temps quelque chose à regarder, à lire ou à laquelle répondre.

À partir d’aujourd’hui, je reviens au monotâche.

Pourquoi ? Parce que je pense que céder au zapping et aux distractions constantes est une façon de fuir.

On a l’impression d’être occupé et productif, mais c’est un évitement. Pas seulement un évitement des tâches importantes, mais aussi un évitement de tout ennui ou de tous mauvais sentiments que je pourrais avoir sur le moment.

Voici donc les règles que je vais essayer de suivre :

1/ Un seul onglet ouvert.

Je veux me concentrer sur le fait de ne lire qu’une seule chose à la fois, de ne répondre qu’à un seul mail à la fois, de ne faire qu’une seule tâche à la fois sur mon navigateur web.

Je réalise que je pourrais à certains moments avoir à ouvrir plusieurs onglets en même temps pour travailler, et ce n’est pas grave, mais si j’ai des onglets ouverts qui n’ont rien à voir avec ma tâche actuelle, je vais les sauvegarder pour plus tard, les ajouter à Instapaper par exemple, ou ajouter la tâche à ma liste de choses à faire.

2/ Savoir sur quoi je me concentre.

Quand j’ouvre un onglet, je dois consciemment faire une pause et penser à ce que j’essaye d’accomplir.

Cela pourrait être de chercher des infos, ou d’écrire quelque chose, ou de répondre à un mail, ou autre. Je dois essayer de faire une pause et de m’assurer que j’en suis conscient.

monotasking_023/ Lire jusqu’au bout.

À moins d’être interrompu pour quelque chose d’important, si j’ouvre un article pour le lire, je dois décider si je veux investir maintenant le temps nécessaire pour le lire.

Cela implique d’y accorder toute mon attention, et de lire jusqu’au bout (si possible – les interruptions inattendues ne sont pas graves).

Si je ne veux pas vraiment lire cet article jusqu’au bout, je vais le garder pour plus tard et le fermer, tout simplement.

4/ Une application à la fois sur mon téléphone.

Tout comme pour les onglets internet, j’ai souvent plusieurs applications ouvertes sur mon téléphone, et je zappe souvent de l’une à l’autre.

Je vais essayer de garder mon téléphone éteint à part dans les moments où je veux vraiment faire quelque chose avec : envoyer un message, répondre à des mails, lire quelque chose.

Et n’avoir qu’une seule application ouverte chaque fois que possible.

5/ Être conscient des interruptions et de mon zapping.

Je pense que mon esprit est facilement distrait, donc je vais essayer de m’entraîner à remarquer les moments où je suis sur le point de zapper, et de prendre la décision consciente de suivre ou de ne pas suivre cette envie de zapper. C

e n’est pas grave de zapper, si je suis prêt à quitter ce que je suis en train de faire et de me concentrer à la place sur la nouvelle chose à faire.

Et ce n’est pas grave d’être interrompu (par un appel, mes enfants, ma femme, etc.), mais j’aimerais essayer de noter consciemment que je laisse mon attention zapper, que je laisse derrière ce que je suis en train de faire, et que j’accorde toute mon attention à ce qui attire mon attention, quoi que ce soit (sans ressentiment pour l’interruption que cela provoque).

Maintenant, je réalise que je ne vais pas m’en sortir parfaitement (j’ai été interrompu pendant que j’écrivais ce paragraphe, cela dit en passant), mais je vais essayer de m’entraîner à le faire quand je me souviendrai de le faire.

6 / Couper consciemment mon ordinateur et mon téléphone.

Je n’ai pas besoin de travailler tout le temps, d’être tout le temps distrait, de tout le temps tout vérifier.

Parfois, je peux consciemment couper ces choses pendant un moment, lire un livre, aller marcher (sans écouteurs), faire quelque chose avec quelqu’un que j’aime.

Je vais essayer de me dire consciemment « Ok, je me déconnecte pendant 30 minutes » (ou une heure, ou deux heures, ou plus).

Ce ne sont pas des règles gravées dans le marbre, mais des objectifs à viser.

Je vais souvent échouer, mais je vais essayer de les suivre pendant au moins une semaine, plus je l’espère.

Je ne fais pas cela pour être plus productif, plus concentré, plus discipliné, plus parfait.

Je veux simplement explorer la pleine conscience, et ne pas l’éviter à cause des distractions. Souhaitez-moi bonne chance !

Article connexe

Le multitasking, mauvais pour le cerveau ?

Auteur : Léo Babauta (18 septembre 2015)

Cet article est une traduction de l’article I’m Returning to Single-Tasking de Léo Babauta. En savoir plus sur Léo Babauta via son blog zenhabits.net ou son site leobabauta.com

Son ouvrage The Power of Less a été traduit en français par L’art d’aller à l’essentiel  et publié aux Editions Leduc-s.

Traduction Brigitte pour Horizoom

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Le site Horizoom.com accueille des articles invités susceptibles d'intéresser les Esprits Renaissance, Multipotentiels et Entrepreneurs de soi. Pour connaitre la politique de publication, voir page Articles invités

2 commentaires

Laisser un commentaire