Un autre mode de sommeil, le sommeil polyphasique

0
Partager cet article :

 « Pourquoi dormir? On aura bien assez le temps de le faire dans la tombe. » Telle est la perception de Benjamin Franklin.

Opinion partagée par les adeptes du sommeil polyphasique qui consiste à fragmenter son temps de sommeil pour gagner des heures de vie en plus chaque jour.


1. Le Sommeil Polyphasique. Qu’est-ce que c’est ?

Le Sommeil Polyphasique est une réorganisation spécifique de son temps de sommeil et de son quotidien afin d’augmenter son temps de présence éveillée chaque jour et de réduire son temps de sommeil sans que cela se fasse au dépend de ses capacités intellectuelles et physiques.

Il repose sur le fractionnement de son temps de sommeil total en différentes siestes reparties à des horaires réguliers dans un cycle global de 24 heures, à la différence d’un « sommeil classique » pour lequel un individu ne dort que « d’une seule traite » ( sommeil monophasique ), généralement la nuit.

C’est le mode habituel de sommeil chez de nombreuses espèces animales et il semble avoir été courant dans l’espèce humaine avant l’ère industrielle et la généralisation de l’éclairage continu.

Il est émis l’hypothèse que ce rythme ait été celui des hommes préhistoriques, la présence de prédateurs exigeant un état de veille permanent. Plus proche de nous, on peut remarquer chez l’enfant un rythme de sommeil polyphasique.

Des modalités de sommeil polyphasique ont été élaborées pour les personnes dont les activités exigent des périodes de vigilance rapprochées comme les navigateurs solitaires, les militaires. Des multipotentiels célèbres parmi lesquels Léonard de Vinci et Thomas Edison ont aussi adopté le sommeil polyphasique.

Le sommeil polyphasique consiste donc à diviser son sommeil en plusieurs parties dans le but de pouvoir se contenter de 1h30 à 4 heures de sommeil par tranche de 24 heures. Il existe plusieurs méthodes dont deux principales.

La première, le mode Überman : 6 siestes de 20 minutes chacune espacées de 4 heures d’éveil

Uberman

La seconde, méthode Everyman : une grande sieste de 3h + 3 siestes de 20 minutes dans la journée (espacé d’environ 5 heures 30).

Everyman2

Choisissez un cycle de sommeil et établissez un planning de sommeil. Il est essentiel de vous y tenir même si c’est difficile au début.

 

2. Avantages et inconvénients

Atouts

  • Plus de temps chaque jour !

C’est le premier et l’un des bénéfices les plus visibles. Se mettre au sommeil polyphasique, c’est, en général, près 4 heures de vie en plus par jour soit 28 heures par semaine et une centaine d’heures par mois.

  • Une façon de dormir modulable à son mode de vie

Grâce au gain de temps et au fractionnement de son sommeil en siestes réparties dans la journée, le sommeil polyphasique permet d’aménager sa façon de dormir selon son mode de vie.

  • Une meilleure qualité de sommeil

Tous les dormeurs polyphasiques témoignent de la capacité à s’endormir très rapidement, entre une et trois minutes.

Le réveil est aussi plus facile.

  • Une ouverture d’esprit renforcée et un moyen d’élargir sa réalité !

Pratiquer le sommeil polyphasique amène généralement à s’intéresser de près à certains autres domaines et expériences dans le but d’améliorer son bien-être.

  • Une nouvelle perception du temps et de son corps

La perception du temps en général et de l’entité « journée » s’en voit modifiée. C’est aussi l’impression de vivre plus intensément et de voir le temps s’écouler différemment.

Le sommeil polyphasique amène souvent à un rapprochement avec son corps et ses sensations. On s’en sent plus proche, plus à l’écoute. Les sensations s’intensifient !

  • La joie de « redécouvrir la nuit »nuit holdosi

« La nuit nous appartient » titrait James Gray pour son film. C’est, humblement, ce que l’on peut se dire quand on pratique le sommeil polyphasique.

Parmi les choses auxquelles il faut s’habituer, figure le fait de devoir appréhender le temps d’une nouvelle manière et particulièrement la nuit. Jusqu’à présent, la nuit était surtout le moment réservé aux huit à neuf heures de sommeil traditionnel. Avec le sommeil polyphasique, les choses changent, et la nuit devient un nouveau moment à goûter avec plaisir… et à redécouvrir.

La nuit, les perceptions changent complètement, la majorité des gens dorment, l’intensité de la journée diminue, une impression de quiétude nous envahit dans cette atmosphère complètement différente, beaucoup plus calme et sereine.

Obstacles

  • Difficulté de la période d’adaptation

La période d’adaptation est l’une des pierres angulaires du sommeil polyphasique, et surtout de sa mise en place. C’est le temps pendant lequel l’organisme s’habitue à la pratique de siestes régulières et à passer plus facilement aux phases de sommeil lent profond et paradoxal, qui sont les phases de récupération.

Ce n’est pas une phase facile il vous faut absolument être rigoureux. Sa difficulté dépendra généralement un peu de chacun, de la régularité et la discipline observées ainsi que de la forme de sommeil polyphasique pratiquée. La motivation et la discipline personnelle sont nécessaires. Prévoyez au moins un week-end si vous essayez de vous lancer dans la version Everyman et une semaine pour la version Uberman.

  • Une régularité à respecter

La régularité est un aspect essentiel à la réussite et à la poursuite du sommeil polyphasique, et notamment lors de la période d’adaptation. Les siestes ont des horaires de début et de fin à respecter pour habituer son organisme à ce nouveau rythme et ne pas subir de contrecoup. Dans le cas inverse, oui, la fatigue se fera généralement sentir.

Une fois son organisme bien habitué, il est possible, selon les individus, de parfois davantage moduler ses horaires de sieste mais il convient de procéder avec pragmatisme et intelligence.

Avec le temps, on apprend aussi souvent à « gérer » son temps et ses activités en amont des siestes.

  • Un quotidien qu’il faut parfois adapter

De deux choses l’une. Ou ce sera une occasion unique de reconsidérer son rythme de vie et ses habitudes avec un nouveau recul. De se mettre dans la dynamique du changement pour transformer son quotidien vers un style de vie répondant davantage à ses attentes et ses envies.

Ou les habitudes de vie, bonnes ou mauvaises, seront trop difficiles à faire bouger et à remettre en cause, et la mise en place du sommeil polyphasique se révèlera beaucoup plus compliquée.

  • La sieste, encore mal vue dans notre société

sieste unsplashA la différence de la Chine ou du Japon où la sieste fait complètement partie de l’art de vivre, notre société est beaucoup plus réticente à cette idée l’associant à de l’inaction, de la perte de temps ou de la paresse.

Le rythme polyphasique est donc directement concerné par ce phénomène. En plus d’une méconnaissance générale de la population associant sommeil polyphasique à privation de sommeil et fatigue chronique, l’idée de devoir pratiquer la sieste régulièrement, et de ne pas pouvoir prendre trop de liberté par rapport à sa fréquence, peut être mal vue ou mal comprise.

  • Pas d’étude à long terme sur le sujet

Malheureusement, de par le caractère émergent et encore peu répandu de cette pratique, il n’y a, actuellement, jamais eu d’étude à long terme réalisée sur le sommeil polyphasique. Il existe certaines recherches pratiquées par les navigateurs lors des courses en solitaire au large, ainsi que les travaux du Dr Claudio Stampi. Mais elles ne dépassent généralement pas trois mois.

3. Témoignage de Christopher Lieberherr

Il est bien sûr nécessaire de fournir un effort pour atteindre ce nouveau mode de vie. Notre habitude de sommeil confortablement acquise en plusieurs décennies se voit fondue et coulée en une multitude de moules. Cela ne se fait donc malheureusement pas sans peine.

Dans la communauté du sommeil polyphasique, on parle souvent d’une semaine d’adaptation où l’on souffre d’un manque de sommeil épouvantable jusqu’à ce que le corps « apprenne » ce nouveau rythme de vie. En effet, ce passage est obligatoire et l’un des plus importants, mais pas l’unique.

De l’importance de trouver où dormirsleep-tatlin

Tout d’abord, abandonnez votre lit. Ce meuble est chargé trop fortement du souvenir de vos paresses nocturnes. Dormir dans votre lit, c’est prendre le risque de détruire tout votre travail et avoir l’assurance un lever plus contraignant psychologiquement. Ce problème est quasi inexistant si vous dormez dans un lit étranger. J’ai aussi remarqué que les siestes sont plus réparatrices sur un simple tapis de sol.

Le fait de pouvoir dormir assis est un immense avantage. Il est cependant impossible de faire cela durant plusieurs jours, car le dos peut devenir extrêmement douloureux. Psychologiquement, on ne ressentira pas la même sensation reposante qu’une sieste en position couchée. À utiliser donc avec parcimonie.

L’ancrage peut être le meilleur outil pour un assoupissement instantané. Il faut adopter une position spécifique très précise et ne plus bouger avant l’endormissement. Cette position devra être exactement reproduite à chaque sieste. Au cours du temps, dès que votre corps adoptera cette position, vous vous endormirez instantanément.

  • Impacts physiques

Utiliser 3 réveils pour être sûrs de bien vous réveiller et de vous lever.

Certaines habitudes alimentaires doivent être modifiées. Il est possible qu’au début la faim se fasse sentir mais ne vous inquiétez pas, vous pourrez la contrôler assez rapidement.Étant donné la quantité de sommeil, le corps ne peut plus utiliser ce temps pour la digestion, il se consacre uniquement vers la régénération.Privilégiez donc les repas multiples et légers à base de fruits et légumes.

Côté boisson, buvez de l’eau et évitez les breuvages sucrés. Bannissez toute boisson contenant de la caféine et de la théine ou tout autre excitant qui ne vous sera plus d’aucune utilité avec ce nouveau rythme de sommeil.

Comme la nicotine est aussi un excitant, fumer nuit à la réussite de votre projet.running-skeeze

L’exercice physique.Si vous restez éveillé plus longtemps dans la journée, vous risquez d’être assis plus longtemps également. Profitez de votre temps libre pour ajouter une simple routine d’entraînement à vos journées. Le but est de maintenir une bonne circulation sanguine et une bonne tonicité.

  • Changements psychologiques

« Après la semaine d’adaptation, j’ai recommencé exactement la même vie qu’avant mais sans dormir. » Il demeure quand même difficile de trouver un équilibre psychologique le premier mois.

Le rêve aura une place grandissante dans votre vie. Il devient beaucoup plus vivant, riche et présent.

Le sentiment d’intemporalité peut être déstabilisant au début. Les notions de journée, de semaine n’existent plus, elles sont perdues. De ce fait, certaines tâches quotidiennes comme se doucher, se laver les dents ou prendre son petit déjeuner peuvent facilement être oubliées.

Cette perception du temps donne un sentiment d’euphorie constante, la sensation d’être invincible voire intouchable.

Compte tenu de cette notion d’intemporalité et la difficulté de séparer la réalité vécue et le rêve, les souvenirs peuvent devenir imprécis, une image floue.

  • Évolution de la vie sociale

Notre comportement change indubitablement. Le fractionnement du temps de sommeil et les siestes ne peuvent longtemps être cachés derrière des excuses vaseuses.

Il vous faudra expliquer la situation à votre entourage pour avoir l’assurance d’une sieste tranquille et sans interruption.3 attitudes se dégagent.

  1. L’admirateur curieux qui vous posera des milliers de questions et sera votre plus cher allié pour réussir à stabiliser votre nouvelle vie et vous trouver un endroit agréable pour vos siestes.
  2. Le soucieux bienveillant qui aura aussi de bonnes intentions mais qui s’inquiétera sans cesse pour votre état de santé
  3. Le sceptique omniscient, à éloigner le plus possible car il a l’intime conviction que votre mode de vie est néfaste. La mauvaise foi est son mot d’ordre et la fermeture d’esprit, son cri de rassemblement.

Il est donc possible que votre cercle social évolue.yoga geralt

Une seconde évolution sociale sera causée par vous-même. Le fait d’ajouter dans votre journée 6 à 8 heures de solitude changera votre caractère. Un désir d’isolement grandira et la probabilité que votre comportement froisse plus d’une personne sera grande. Ce changement aura pour conséquence une grande introspection et une bien meilleure connaissance de soi-même.

La créativité semble aussi s’améliorer.

Un dernier mot

C’est un autre monde qui s’ouvre à vous. Avec 2 heures supplémentaires par jour, les possibilités sont immenses. Menez à bien ce projet resté trop longtemps sur votre liste. Apprenez un nouveau langage, cuisinez…

Si vous êtes intéressé par la pratique du sommeil polyphasique, il existe de nombreux groupes que vous pouvez rejoindre et où vous trouverez tous les conseils judicieux pour réussir cet incroyable défi.

Pour en savoir plus:

site sur le sommeil polyphasique

Livre :Comment dormir 2 heures par jour sans manquer de sommeil, Damien Fauché

Article connexe paru sur Horizoom:

La sieste flash selon Salvador Dali

 

Sources utilisées:

site sommeil polyphasique

site speedevelopment

Article Wikipedia

site SimpleToFit

Crédits photos:pixabay/unsplah

pixabay/holdosi

pixabay/tatlin

pixabay/skeeze

pixabay/geralt

 

 

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Laisser un commentaire