Osez gribouiller, votre vie va changer !

0
Partager cet article :

Si je vous dis: « Griffonner va changer votre vie ». Vous ne me croyez pas. Et pourtant, Andrew Tate, neuroscientifique , nous dévoile les 7 principaux bienfaits du gribouillage sur notre psychisme et notre façon de voir les choses.


Alors qu’Hilary Clinton était assise lors d’une réunion du Conseil de sécurité de l’ONU sur la sécurité mondiale, elle a été vue en train de griffonner ardemment son discours devant elle. Apportait-elle des changements de dernière minute? Non, elle faisait des gribouillis.

Cette photo parue dans les journaux à travers le monde fut présentée comme la preuve de son manque d’attention dans une réunion aussi importante.Mais ça ne veut pas dire qu’elle n’écoutait pas.

Bien que griffonner ne soit pas encore une source d’étude neuroscientifique et de recherche psychologique, quelques groupes du monde entier ont commencé à observer combien gribouiller peut aider à améliorer la performance cognitive des tâches telles que la rétention de la mémoire, l’écoute, la créativité et l’expression émotionnelle. Alors, la prochaine fois que vous griffonnez, ne vous arrêtez surtout pas !

1 – Le gribouillage influe sur votre cerveau

Vous pouvez voir votre cerveau comme un organe qui alterne entre l’excitation et l’inactivité. Idéalement, ce serait bien de tenir votre cerveau en éveil pour que votre circuit d’attention soit en permanence occupé.

geralt_brain

Lorsque nous prêtons attention, les aires corticales et sous-corticales du cerveau font en sorte que nos yeux soient tournés dans une certaine direction et que les informations visuelles arrivant soient acheminées vers les bons endroits.

Mais qu’en est-il quand notre attention n’est pas sollicitée?
Lorsque votre cerveau n’a rien à faire, la recherche actuelle suggère qu’il passe en mode par défaut, ce qui lui permet de se reposer et d’attendre la prochaine tâche sans utiliser trop d’énergie. Cet état par défaut inclut les zones corticales comme le lobe temporal interne, qui est impliqué dans la mémoire, et le cortex cingulaire postérieur, une partie très connectée du cerveau qui achemine l’information de partout.

Le réseau du mode par défaut est celui qui est actif quand vous rêvasser ou rejouez des souvenirs dans votre tête.

Il y a deux manières de faire des graffitis. .

Vous pouvez griffonner tout ce qui vous vient à l’esprit comme des spirales, des formes abstraites… juste pour maintenir votre cerveau en éveil.

Mais si vous voulez gribouiller plus élaboré, envisagez alors de suivre le conseil d’un article de la Science de l’université de Nottingham, de  La Trobe et des universités de Deakin en 2011.

Elles ont observé combien griffonner et dessiner peuvent aider dans l’éducation de la science. Mais leurs idées sont également adaptables à n’importe quel secteur de la créativité.

tableau LTDSupportIls pensent que le dessin peut être employé pour communiquer, pour raisonner, pour s’engager, et pour apprendre. Vous pouvez donc utiliser vos griffonnages pour clarifier vos idées envers vos collègues ou clients, pour aider à les guider et les engager par votre raisonnement à une conception ou une idée. Vous pouvez aussi vous en servir pour apprendre de nouvelles techniques et découvrir de nouvelles idées.

Il est évidemment bénéfique que le cerveau ait cet état de défaut, une sorte « d’aller-retour » pour économiser l’énergie quand il ne doit pas faire autre chose. Mais comme nous le savons, parfois nous rêvassons alors que nous devrions vraiment prêter attention.

2 – Gribouiller peut améliorer votre mémoire

Toute personne qui aime la créativité sait que la rêverie a mauvaise réputation. C’est quand votre cerveau est en mode par défaut que de nombreuses connexions entre les pensées abstraites et disparates, les émotions et les souvenirs peuvent être faites. Parfois, au lieu de rêvasser, ce serait plus judicieux de mettre votre cerveau au repos mais cependant, toujours à l’affût des stimuli extérieurs. C’est là que le gribouillage peut être utile.

Comme nous l’avons dit, peu de travail a été fait, l’une des principales études en faveur du griffonnage a été réalisée par Jackie Andrade à l’Université de Plymouth au Royaume-Uni.

Elle a demandé aux gens d’écouter un message téléphonique ennuyeux puis de le restituer ensuite. Seule la moitié des participants était invitée à griffonner et c’est ce groupe qui a eu les meilleurs résultats.reverie 691806

Pourquoi ? Eh bien, il se pourrait que gribouiller a permis à ces gens de ne pas tomber dans cet état par défaut et leur a évité de rêvasser. Cela les a maintenus au bon niveau d’excitation.

Il semble donc que griffonner aide les gens à se concentrer et à écouter au lieu de se laisser entraîner dans la rêverie quand les sujets sont plutôt ennuyeux.
Sentez-vous libre de dessiner tout ce qui vous vient à l’esprit. Vous serez peut-être surpris de voir que ces graffitis peuvent vous aider à vous rappeler ce qui a été dit jadis comme Jesse Prinz, un professeur de philosophie à l’Université de New York. Il dessine quand il participe à une conférence et quand il revoit ses croquis ultérieurement, les images lui permettent de se rappeler ce que la personne a dit dans la conférence

3 – Griffonner peut vous rendre plus créatif

Gribouiller est plus qu’une seule façon de vous empêcher de rêver et de garder votre cerveau en éveil. L’acte de dessiner est créatif en soi et peut vous aider à trouver des idées pour résoudre tous les problèmes.

Par exemple, en  1963, le mathématicien polonais Stanisław Ulam a découvert par inadvertance un modèle mathématique sur les nombres premiers en observanDostoevsky_t attentivement les griffonnages qu’il avait réalisés auparavant lors d’une conférence plutôt ennuyeuse.

Gribouiller peut également aider à générer et affiner les idées que vous avez déjà eues. À cet égard, il y a plusieurs écrivains griffonneurs connus comme Alexandre Pouchkine, Fiodor Dostoïevski (dessin ci-contre) ou J. K. Rowling qui entremêlaient toujours mots et dessins sur leurs manuscrits.

Certaines personnes ne s’autorisent pas à griffonner parce qu’elles  pensent qu’il faut des compétences en dessin. Mais non, si vous n’arrivez pas à croquer les visages de vos professeurs avec précision, ça ne signifie pas que vous devez éviter de gribouiller.

Sunni Brown, auteur du livre » The Doodle Revolution », suggère de commencer par les bases : lignes, points, cercles et triangles.

En fait, pour vous lancer elle suggère trois techniques différentes

  • La première est l’atomisation. Ici, vous prenez une seule idée et la décomposez en ses éléments, de sorte que vous puissiez envisager les différentes parties de l’ensemble.
  • Deuxièmement, il y a le Game-Storming, où vous prenez deux idées disparates et les fondez ensemble.
  • Troisièmement, vous avez une carte de processus. Ceci est une excellente façon de griffonner à travers vos pensées et tous les problèmes que vous pourriez rencontrer. En les dessinant et les couchant sur le papier, vous pourriez être en mesure de voir différentes associations et lstop Prawnyes conclusions dans votre tête.

Gribouiller peut également vous aider à exprimer vos sentiments négatifs par le biais de la créativité. Chaque fois que vous êtes frustré, anxieux ou déprimé, il est parfois difficile de transcrire ces sentiments en mots. Mais une image pourrait venir à l’esprit. Dessinez- la.

Une équipe de l’Université de Californie a conçu et testé une plate-forme d’esquisse numérique appelé UbiSketch. Au cours de la période d’essai de quatre semaines, les chercheurs ont constaté que les utilisateurs esquissaient souvent des images relatives à leurs sentiments qu’ils envoyaient ensuite à leurs amis et famille. Un gars a dessiné son cerveau fatigué, épuisé par son travail et par son nouveau-né.

Ces graffitis sont l’exemple littéral qu’une image vaut mille mots.

Si vous êtes incapable de trouver les mots justes pour décrire vos sentiments, pensez à esquisser comment vous vous sentez à la place. Même si c’est un gribouillis, les gens savent au moins comment vous vous sentez.

4 – Griffonner et attention visuelle ne font pas bon ménage

Que se produit-il quand vous êtes censé prêter attention à quelque chose de visuel et que vous gribouillez en même temps ? Ce n’est pas la meilleure chose à faire.

Une étude 2012 de l’université de la Colombie-Britannique a demandé à des participants d’observer un ensemble d’images et de les restituer sur une liste ensuite.

Un groupe devait juste se concentrer sur les images, alors qu’un deuxième groupe était invité à griffonner en même temps.

Les gribouilleurs se sont avérés moins bons que les autres. Pourquoi ? Parce que les deux tâches font appel au même sens, la vue. Le traitement multitâche utilisant le même sens, la vision, est trop lourd pour que le cerveau fonctionne, il donne donc la priorité à l’une des deux tâches.

Mais si vous êtes un artiste visuel, ne désespérez pas. Pour ceux qui sont visuellement créatifs, gribouiller est beaucoup plus qu’une simple manière d’arrêter votre esprit errant.

Dans l’un des cours de Gabriela Goldschmidt, professeur d’architecture, un élève qui s’ennuyait, griffonnait souvent sa signature et de là, il en a tiré un croquis et un projet correspondant au travail qui lui avait été demandé, la conception d’un jardin d’enfants.

ccl jaune 7 bienfaits de gribouiller

Pour terminer, on peut retenir les 7 principaux bienfaits du griffonnage :

  • Il améliore la concentration
  • Il développe la mémoire
  • Il incite à l’exploration des connaissances
  • Il facilite la résolution des problèmes
  • Il permet d’avoir une vision globale
  • Il aide à penser au-delà
  • Il développe la créativité

En résumé, n’ayez pas peur de griffonner. Sauf quand vous êtes censé regarder autre chose. Sinon, il n’y a presque pas d’inconvénients si ce n’est écouter un conférencier, un collègue ou un conjoint qui se plaindra que vous n’êtes pas à l’écoute (si oui, envoyez-leur cet article).
Chaque fois que vous êtes à la dérive ou que vous avez un problème, griffonnez sans vous inquiéter de ce qui va sortir. Juste gribouiller !

 

Pour en savoir plus :

Liens externes

5 bienfaits insoupçonnés du gribouillage sur votre concentration, votre productivité et votre créativité (huffingtonpost.fr)

Sunni Brown : Doodlers, unite! (TedX)


Article écrit par Bénédicte Bringuier pour Horizoom inspiré par 7 Ways Doodling Will Change Your Life, d’Andrew Tate. Ce dernier est un écrivain indépendant et neuroscientifique qui a travaillé sur la compréhension du cerveau. Son intérêt pour la conception découle d’une passion pour la bonne présentation, en particulier des données et son amour de griffonner.

Crédit photo: pixaby/PublicDomainPictures

pixabay/geralt

pixabay/LTDSupport

pixabay/691806

pixabay/Prawny

 

Enregistrer

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Laisser un commentaire