Réaliser ses rêves : conseils d’une spécialiste de la réinvention de soi, Nilofer Merchant

2
Partager cet article :

Comment peut-on réaliser le rêve que l’on a en soi ?

Constatant que la plupart d’entre nous ont un rêve fou vivant à l’intérieur de nous, que cela soit créer une entreprise, écrire un livre, vivre à Bali, la journaliste de la revue HBR, Sarah Green a interviewé Nilofer Merchant qui a su réinventer sa vie à plusieurs reprises.

Elle a rédigé un article intitule « Advice From A Serial Life reinventor » qui nous donnent quelques pistes pour réussir une réinvention de soi.

Mais d’abord, qui est Nilofer Merchant ?

Certains l’appellent le Jane Bond de l’innovation. Nilofer Merchant a contribué à développer des entreprises de la Silicon Valley, des start-ups Web.

Sa carrière diversifiée défie les claires définitions.

Nilofer-Merchant

Nilofer Merchant à TED

Elle a travaillé sur les campagnes politiques, au sein du gouvernement, a dirigé une division d’Apple, a créé la présence sur le web pour Time inc et CNN. Elle donne des conférences, écrit, et surtout obtient des résultats. Elle a lancé plus de 100 produits. Son second livre 11 Rules for Creating Value in the Social Era (11 Règles de création de valeur à l’ère sociale) – a été nommé «meilleur livre d’affaires 2012» par Fast Company. Elle a donné un discours acclamé à TED.

Les sujets qu’elle aborde comprennent entre autres, l’innovation, la manière de collaborer pour obtenir des résultats, la création de valeur dans l’ère sociale.

Nilofer Merchant a, l’année dernière, réalisé un rêve quand elle a tout emballé  – maison, mari, enfant – et s’est installée à Paris, avec l’intention d’y rester au moins un an, peut-être plus. Et ce n’est pas la première fois qu’elle a radicalement réinventé sa vie.

Par exemple, elle a fait un premier grand changement en quittant une position de manager de grande entreprise en charge de milliards de dollars en produits de grandes entreprises de haute technologie pour fonder son propre cabinet de conseil – qu’elle a ensuite fermé à l’apogée de son succès.

Voici quelques grands principes que nous pouvons retenir de cette interview :

  • Toujours avoir des rêves en commun avec les personnes qui partagent votre vie.
  • Commencer à faire un tout premier pas vers votre rêve.
  • Définir des modalités de prises de décision.
  • Connaître ses priorités pour bien décider.
  • Ce sont les choses difficiles qui vous permettent d’apprendre et de grandir.
  • Savoir qu’il y aura des moments de doute et de remise en question de la décision.
  • Savoir que le confort reviendra petit à petit.
  • Se donner plus de temps que ce que nous imaginons avoir besoin.
  • Se donner un laps de temps réaliste pour réussir pour éviter d’abandonner trop vite.
  • Savoir que le processus de démolir l’existant est effrayant.
  • Savoir que les défis seront autant externes qu’internes.
  • Ne pas regarder votre rêve avec des indicateurs chiffrés démotivants.

Toujours avoir des rêves en commun avec les personnes qui partagent votre vie

L’impulsion pour le déménagement, a commencé explique Nilofer Merchant quand son mari a dit quelque chose comme, «Hé Chérie, tu te rends compte que nous avons accompli tous nos rêves ? »
Elle avait toujours pensé que, si vous n’avez pas de rêves communs, vous n’avez pas vraiment de raison d’être ensemble.

« Nous avons réalisé que nous devions nous trouver de nouveaux rêves. »

Premier_pasCommencer à faire un tout premier pas vers votre rêve.

Tout a commencé avec un verre de vin.

« Nous avons parlé de nos «rêves fous. » Cette nuit-là, nous avons généré plus de 20 idées mais je ne me souviens que de celle qui a collé : «Nous devrions vivre une année à l’étranger et offrir à notre fils cette expérience ». »C’était il y a cinq ans, puis il y a trois ans, nous nous sommes demandé, « Sommes-nous sérieux? Parce que si nous le sommes, nous devrions commencer ! « 

Nilofer a alors envoyé à son mari des articles sur Shanghai ou Delhi, et demandé « Qu’est-ce que tu penses de ça ou ça ? ». Le saut dans l’inconnu vers Paris leur a paru moins difficile que des sauts vers d’autres capitales.

Son mari ne voulait pas vraiment quitter son emploi, aussi un an avant la date de départ prévue, il a demandé à son employeur: «Ma famille aimerait déménager à l’étranger, y a-t-il moyen que je délocalise mon emploi ? »

Au final, il aura fallu 9 mois à son entreprise pour dire oui, et pour les aider à obtenir le visa. Jusqu’au bout, Nilofer et son mari auront été dans le suspense.

decisionDéfinir des modalités de prises de décision.

Leur fils aurait-il droit de voter? Comme cela serait évident que ce serait un droit de veto émotionnel quasi systématique, Nilofer et son mari ont décidé qu’il ne pourrait pas se prononcer sur le fait qu’ils s’installaient à l’étranger. Mais il a reçu droit de vote sur leur lieu de résidence dans la ville, sur son école …

Connaître ses priorités pour bien décider.

Nilofer a dû décliner avec regret une occasion unique et prestigieuse qui s’est présenté à elle au même moment, car la réalité des fuseaux horaires l’aurait amené à participer à des réunions téléphoniques à deux heures du matin.

« J’ai réalisé que mes priorités professionnelles devaient venir après notre priorité familiale. Mais pour tenir bon, j’ai dû me répéter intérieurement que de nouvelles opportunités allaient apparaître ! »

doute_paulo_coelho

Quand tu doutes, fais juste le tout prochain petit pas. Paulo Coelho

Savoir qu’il y aura des moments de doute et de remise en question de la décision.

Nilofer Merchant raconte ses premiers mois.

« J’ai détesté les six premiers mois pour une variété de raisons.

Mon fils était horriblement triste. Nous l’avions placé dans un pays étranger, dans une école française, il était en difficulté pour faire son travail à la maison, faute de pouvoir bien comprendre ce qu’il y avait à faire. J’étais triste de le voir si triste.

Mon mari a été en déplacement professionnel probablement 70% du temps pendant les 3-4 premiers mois.

Et je me suis sentie comme une idiote dans chaque interaction sociale parce que mon français était particulièrement mauvais. J’étais passée de communicatrice efficace et compétente dans mon pays à un sentiment d’être stupide dans mes communications.

J’ai donc interrogé à plusieurs reprises notre décision … »

Ce sont les choses difficiles qui vous permettent d’apprendre et de grandir.

Quand vous allez dans un nouveau pays, vous vous construisez de nouvelles cartes cognitives. Une fois que vous avez appris à avoir une carte nouvelle et différente, cela devient plus facile.

« Votre capacité à vous adapter à une situation vous apprend à vous adapter à d’autres. »

Savoir que le confort reviendra petit à petit.

« J’ai appris à rire de moi un peu plus. Mon mari a dû apprendre à dire non un peu plus souvent au travail. Mon fils est maintenant numéro deux dans sa classe en français alors qu’il est le seul locuteur non natif dans son école. »

Se donner plus de temps que ce que nous imaginons avoir besoin.

Il leur aura fallu cinq ans pour passer de l’idée à la réalité. Nilofer Merchant pense que la plupart des gens se donnent des délais irréalistes, puis se demandent pourquoi c’est si difficile de réussir.

« Je vois exactement le même jeu dynamique tout le temps dans les entreprises qui tentent de modifier ou d’innover – et qui le font en mode « bachôtons comme pour un examen, » au lieu de construire un ensemble de pratiques qui vous permet de transformer une idée en une nouvelle réalité. «

Se donner un laps de temps réaliste pour réussir.

Nilofer explique «Nous avions entendu beaucoup d’histoires dont l’aventure a tourné court, les personnes revenant au bercail dans les trois à six premiers mois. Dans notre cas, l’engagement que nous avons fait d’y rester au moins un an nous a permis à persévérer dans les moments difficiles. »

argentPenser différemment la dépense.

« Se relocaliser, c’est cher ! Lorsque nous avons déménagé, le dollar était de 1,38 dollar pour un euro, imaginez notre perte avec ce qui a suivi en taux de change. Je voulais juste à pleurer ! »

Pour Nilofer, c’est le prix à payer pour devenir plus global. Même si en apparence, la dépense ne fait pas de sens financièrement en terme de retour sur investissement de chaque dollar dépensé, elle est tout à fait pertinente dans le cadre d’une « big picture », lorsque vous regardez tout ce que vous obtenez en retour.

Savoir que le processus de démolir l’existant est effrayant.

Nilofer utilise une métaphore. Quand vous commencez votre processus de transformation, c’est comme si vous démolissiez la maison que vous connaissez, pour re-construire avec les matériaux votre nouvelle maison.

Bien sûr, vous allez réutiliser une partie des matériaux, mais le processus de démolir est effrayant parce qu’une partie d’entre nous s’imagine le scénario catastrophe : « Et si je ne peux pas reconstruire ? »

Nilofer explique :

« Je pense que c’est la raison pour laquelle la plupart des gens ne font pas de grand changement – parce que le démontage est effrayant, déstabilisant et nous rend vulnérables. 

C’est ma troisième réinvention majeure. Lorsque vous entreprenez un changement drastique, vous avez l’impression que vos années de succès sont derrière vous. Et puis, 3 ou 5 ans plus tard, vous vous dîtes « C’était génial! ». Non pas parce que c’était évident que cela s’arrangerait, mais parce que c’est dans la poursuite du rêve que vous manifestez cette autre chose – l’invention, la réinvention, la réussite. C’est dans le faire que vous devenez. »

Savoir que les défis seront autant externes qu’internes.

Nilofer raconte une anecdote :

« Un jour je suis allé à la recherche d’ » index cards » et cinq heures plus tard je suis revenue – sans fiches – et je me suis couché sur le canapé en me disant : «Je veux rentrer chez moi.»

Acheter des « Index cards », c’est d’abord penser «Comment s’appellent ce type de fiches ? », de trouver le terme. Ensuite, d’aller de magasins en magasins pour demander dans mon horrible français, et de rentrer bredouille. À la maison aux US, cela aurait été juste « Oh, j’ai besoin des fiches. » Aller sur Amazon. Cliquer. Et c’est là le lendemain matin. En France, Amazon ne fonctionne pas tout à fait de cette façon … »

Le défi externe était là certes, mais clairement le défi était interne. Vous apprenez un tas de choses, et vous apprenez d’abord en ne sachant pas. Ainsi, tout changement majeur consiste à vous sentir d’abord inadéquat.

Ne pas regarder votre rêve avec des indicateurs chiffrés démotivants.

Comme le fait remarquer Nilofer, chaque année plusieurs articles montrent combien il est coûteux d’avoir des enfants. Si vous vous arrêtez au montant financier, avoir des enfants vous paraît un rêve inaccessible !

« La même chose s’applique à un livre, ou tout autre projet créatif. Si vous arrêtez à la page blanche et que vous regardez les 85 000 mots que vous avez à écrire, vous vous sentirez forcément dépassé ! »

Vous ne devez pas regarder votre rêve de cette façon. La façon dont vous vous pouvez réaliser vos rêves, selon Nilofer Merchant ? C’est en les réalisant !

Pour en savoir plus

Le site de Nilofer Merchant : nilofermerchant.com

L’article de Sarah Green, Advice From A Serial Life Reinventor (hbr)

 

Illustrations : Flickr

Geof Wilson / Paris

Garrett Coakley / Decisions, decisions
Tom Ryan

TaxCredits.net / Money Girl

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Brigitte Roujol est la fondatrice des sites HORIZOOM et COACHING AVENUE. Elle se considère comme un Esprit Renaissance du 21ème siècle. Elle a en effet eu de multiples vies professionnelles, se réinventant régulièrement. Aujourd'hui, un pied en entreprise, un pied à l'extérieur, elle est consultante en créativité, innovation, spécialiste de la réinvention (de soi, de modèle économique), auteur, coach d'Esprits Renaissance et d'Innovateurs, et maître-verrier à ses heures perdues... Pour la contacter