Sunni Brown : gribouilleurs, unissez-vous!

0
Partager cet article :

Gribouiller est décrié depuis toujours par les grands penseurs, les dirigeants, les psychologues… Et pourtant, Sunni Brown nous révèle ici combien le griffonnage est important pour l’apprentissage, la réflexion et la concentration.


0:11 Je veux juste vous raconter mon histoire. Je passe beaucoup de temps à enseigner aux adultes comment utiliser le langage visuel et le gribouillage au travail. Et naturellement, je rencontre beaucoup de résistance, parce que c’est considéré comme anti-intellectuel et contraire à un apprentissage sérieux. Mais j’ai un problème avec cette conviction, parce que je sais que le gribouillage a un impact profond sur la manière dont nous traitons l’information et la manière dont nous résolvons les problèmes.

0:37 J’étais donc curieuse de savoir pourquoi la manière dont notre société perçoit le gribouillage est déconnectée de ce qu’il en est en réalité. J’ai découvert des choses intéressantes. Par exemple, il n’existe aucune définition flatteuse d’un gribouillage. Au 17e siècle, un doodle, ou gribouille, était un simplet ou un idiot, comme dans Yankee Doodle. Au 18e siècle, c’est devenu un verbe, et ça signifiait escroquer, ridiculiser, ou se moquer de quelqu’un. Au 19e siècle, c’était un politicien corrompu. Et aujourd’hui nous avons ce qui est peut-être la définition la plus offensante, au moins à mon avis, et c’est la suivante : Gribouiller signifie officiellement trainasser, lambiner, faire l’idiot, faire des marques insignifiantes, faire quelque chose de peu de valeur, de substance ou d’importance, et, celle que je préfère, ne rien faire. Pas étonnant que les gens soient hostiles au gribouillage au travail. Ne rien faire au travail, c’est comme se masturber au travail ; c’est totalement inapproprié.

1:32 (Rires)

1:34 De plus, j’ai entendu des histoires horribles de gens réprimandés par leurs enseignants, bien sûr, pour avoir gribouillé en classe. Et ils ont des patrons qui les réprimandent pour avoir gribouillé dans la salle de réunion. Il y a une puissante norme culturelle contre le gribouillage qui fixe dans quelles conditions nous sommes sensés apprendre quelque chose. Et malheureusement, la presse a tendance à renforcer cette norme quand ils font un reportage où il y a gribouillage, de la part de quelqu’un d’important à une audience de confirmation etc, ils emploient systématiquement des mots comme « découvert » ou « pris » ou « surpris », comme si un genre d’acte criminel était en train d’être commis. blue-Rainbowart

2:04 Et en plus, il y a une aversion psychologique au gribouillage, merci, Freud. Dans les années 1930, Freud nous a dit à tous qu’ils pouvaient analyser le psychisme des gens en se basant sur leurs gribouillages. C’est inexact, mais c’est arrivé à Tony Blair au forum de Davos en 2005, quand ses gribouillages ont été, bien sûr, « surpris » et on l’a taxé de ce que vous voyez ici. Et il s’est avéré que c’était le gribouillage de Bill Gates. (Rires) Et Bill, si tu es là, personne ne pense que tu es mégalomane. Mais ceci contribue au fait que les gens ne veulent pas partager leurs gribouillages.

2:39 Et voilà ce qu’il en est vraiment. Voilà ce que je crois : je crois que notre culture est si intensément fixée sur l’information verbale que nous refusons presque de voir la valeur du gribouillage. Et ça me met mal à l’aise. Et en raison de cette conviction, dont je crois qu’il faut nous débarrasser, je suis ici pour nous ramener à toute vitesse à la vérité. Et voici la vérité : le gribouillage est un outil d’une puissance incroyable, et c’est un outil dont nous devons nous rappeler et que nous devons réapprendre.

3:03 Alors voici une nouvelle définition du gribouillage. Et j’espère qu’il y a un membre de L’Oxford English Dictionary dans l’assistance. parce que je veux vous parler plus tard. Voici la vraie définition : le gribouillage est le fait faire des marques spontanées pour vous aider à réfléchir. C’est pour ça que des millions de gens gribouillent. Voici une autre vérité intéressante sur le gribouillage : les gens qui gribouillent quand ils sont exposés à des informations verbales retiennent plus de ces informations que leurs homologues qui ne gribouillent pas. Nous pensons que l’on gribouille quand on se déconcentre, mais en fait, c’est une mesure préventive pour vous empêcher de vous déconcentrer. De plus, il y a un effet profond sur la résolution créative de problèmes et le traitement des informations en profondeur.

3:40 Les apprenants ont 4 manières d’intégrer des informations pour pouvoir prendre des décisions. La manière visuelle, auditive, par la lecture,l’écriture et par le corps. Et pour que nous puissions vraiment nous approprier l’information et en faire quelque chose, nous devons impliquer au moins deux de ces modalités, ou alors, nous devons impliquer une de ces modalités associée à une expérience émotionnelle. La contribution incroyable du gribouillage est qu’il implique les quatre modalités d’apprentissage simultanément avec la possibilité d’une expérience émotionnelle. C’est une contribution plutôt solide pour un comportement qu’on assimile à ne rien faire. childjasmineberryart

4:15 C’est tellement basique, mais j’en ai pleuré quand j’ai découvert ça. Alors on a fait des recherches anthropologiques dans le déroulement de l’activité artistique chez l’enfant, et on a trouvé que, quelque soit la période ou le lieu, tous les enfants montrent la même évolution dans la logique visuelle en grandissant. En d’autres termes, Ils partagent et développent une complexité du langage visuel qui intervient dans un ordre prévisible. Et je crois que c’est incroyable. Je crois que ça signifie que le gribouillage est inné, et que nous nous refusons tout simplement cet instinct. Et finalement, peu de gens le savent, mais le gribouillage est un précurseur de certains de nous plus grands atouts culturels. En voici un parmi d’autres : c’est Frank Gehry, l’architecte précurseur du musée Guggenheim d’Abu Dhabi.

4:56 Voilà ce que je veux dire : le gribouillage ne devrait en aucune circonstance être éradiqué de la salle de classe ou de réunion ni même du cabinet de guerre. Au contraire, le gribouillage devrait être précisément exploité dans ces situations où la densité d’information est très élevée et le besoin de traiter cette information est très grand. Et j’irais même plus loin. Parce que le gribouillage est si accessible universellement et qu’il n’est pas intimidant en tant qu’art, on peut l’exploiter comme un portail par lequel on amène les gens à des niveaux supérieurs de savoir visuel. Mes amis, le gribouillage n’a jamais été le pire ennemi de la pensée intellectuelle. En réalité, il est une de ses meilleurs alliés.

5:35 Merci. (Applaudissements)

En savoir plus:

La vidéo sur TedX

site de Sunny Brown (anglais)

Sunni Brown Wikipédia

Article connexe:

Osez gribouillez, votre vie va changer !


Sunni Brown, auteur américain est connue pour son combat sur la puissance et la valeur du griffonnage. Elle est aussi fondatrice des Sunnites Brown Ink, un cabinet de pensée visuelle.

Traduction de la TedX:  Elisabeth Buffard  et  Jonathan BISSON

Crédits photos:

pixabay/jasmineberryart

pixabay/RainbowArt

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Laisser un commentaire