Ecrire son CV de l’échec pour réussir !

1
Partager cet article :

Jeff Scardino, un créatif américain en recherche d’emploi  dans la publicité a attire l’attention en rédigeant un « CV de l’échec ». Son CV liste ses échecs !

Et si écrire son CV de l’échec était le meilleur moyen de réussir !

Jeff Scardino, qui se décrit comme un « Creative junkie», affirme que pour attirer l’attention d’un employeur, son principe  de rédiger « le Relevant CV » (que l’on pourrait traduire par CV pertinent, ou le CV de l’échec»), est bien plus efficace  que «le CV régulier ».

Sur son mini site dédié à son expérience (therelevantresume.com), Jeff Scardino nous explique son concept du CV de l’échec.

Son concept du CV de l’échec.

Le CV ordinaire , c’est  :
– des embellissements de façade
– des références préparées
– des compétences gonflées
– des honneurs enjolivés.

Le CV pertinent (CV de l’échec), c’est au contraire :

– les échecs dans une fonction
– les mauvaises références
– les erreurs pendant les études
– les non-compétences
– les honneurs manqués

Le CV de l’échec de Jeff Scardino

Candidature_CV_de_l_echec

le CV de l’échec de Jeff Scardino

 

Dans son CV de l’échec :

– il mentionne par exemple avec humour sa « difficulté à se rappeler les noms »,

– avoue qu »il ne prend pas correctement les notes en réunion, mais fait comme si, car il dessine,

– dit qu’il « pourrait être plus ponctuel »,

– qu’il a eu une relation amoureuse avec une «fille à l’esprit libre qui a ruiné son année scolaire ».

Dans sa vidéo, M. Scardino affirme qu’il a postulé à 10 entreprises différentes avec les deux types de CV. Avec le CV normal, il a reçu une seule réponse. A l’inverse, le CV de l’échec lui a valu 8 réponses de recruteurs et 5 invitations en entretien d’embauche.

a relevant experiment from Jeff Scardino on Vimeo.

Certes, l’expérience de Jeff Scardino n’est pas reproductible dans tous les contextes.

Oui, aujourd’hui encore, l’échec est mieux accepté aux US qu’en France

Mais Jeff Scardino se destinait à une carrière créative, dans la communication (publicité).

Sa démarche démontre parfaitement qu’il sait penser « out of the box », qu’il a ce côté rebelle qui sied bien aux créatifs, qu’il sait communiquer et rendre viral un contenu (son aventure a été relayée par de très nombreux journaux)…

Logique qu’il ait eu des entretiens ! C’est moins le contenu de ce CV qui attiré l’attention des recruteurs d’agences de communication, que la démarche.

On peut imaginer l’approche moins pertinente pour un expert-comptable… Quoique ! Confère la comptabilité créative dans l’affaire Enron /cabinet Arthur Andersen.

Alors que retenir de l’expérience pour nous, multipotentiels ?

Je vois dans le message de Jeff Scardino  plusieurs leçons à retenir.

1/ Jeff nous incite à travailler notre marque personnelle

En effet, de mon point de vue, Jeff Scardino nous parle en fait de marketing personnel, de la façon dont nous pouvons utiliser des moyens simples comme les réseaux sociaux (Facebook, LinkedIn et autres), les blogs, des mini-sites pour publier facilement du contenu sur soi, augmenter son réseau, échanger avec lui en temps réel, sans considération de lieu ni de temps.

Nous pouvons également capitaliser sur notre aptitude à penser « ou of the box » et en faire une valeur ajoutée attractive pour une cible identifiée, qui valorise cette compétence. Jeff a bien identifié la proposition de valeur recherchée par les agences de communication.

Nos propres compétences, nos propres atouts ont de la valeur pour certaines entreprises ou clients.

A nous d’identifier ce type d’entreprises, ces clients.

2/ Jeff nous incite à lister nos échecs pour capitaliser sur nos erreurs

On apprend mieux de ses échecs que de ses succès.Citation_oscar_Wilde_Experience_erreurs

Comme l’a dit Oscar Wilde, « L’expérience, c’est le nom que chacun donne à ses erreurs ».

La vie est faite de réussites mais aussi d’erreurs et d’échecs sur lesquels il convient de capitaliser.

En listant l’ensemble de nos échecs, nous nous réapproprions des apprentissages oubliés.

3/ Jeff nous incite  à prendre la mesure des conséquences réelles de nos erreurs.

Nous pouvons au final prendre conscience des conséquences réelles de nos erreurs, au final souvent minimes.

4/ Jeff nous incite  à dépasser notre procrastination chronique

Les multipotentiels souffrent souvent de procrastination. Les causes psychologiques de la procrastination sont sujettes à de nombreux débats, mais il y a a priori une connexion avec l’anxiété, une faible estime de soi. et un lien avec le perfectionnisme.

En réalisant que nos échecs n’ont pas conduits à une réelle débâcle, nous pourrons oser passer à l’action sur des projets qui nous tiennent à coeur. Nos futures erreurs, nos futurs échecs (oui, il y en aura encore !) seront de merveilleuses occasion d’apprendre et de grandir.

Question

Voyez-vous d’autres leçons à retenir de cette expérience de Jeff Scardino ?

 

Illustrations : Jeff Scardino – therelevantresume.com 

NEWSLETTER HORIZOOM
Oui, je veux OSER MON POTENTIEL
et recevoir Inspirations, Outils, Techniques, Etudes de cas et
mes CADEAUX DE BIENVENUE
Partager.

Auteur

Brigitte Roujol est la fondatrice des sites HORIZOOM et COACHING AVENUE. Elle se considère comme un Esprit Renaissance du 21ème siècle. Elle a en effet eu de multiples vies professionnelles, se réinventant régulièrement. Aujourd’hui, un pied en entreprise, un pied à l’extérieur, elle est consultante en créativité, innovation, spécialiste de la réinvention (de soi, de modèle économique), auteur, coach d’Esprits Renaissance et d’Innovateurs, et maître-verrier à ses heures perdues… Pour la contacter

Un commentaire

  1. Rétrolien: Avoir le sentiment d'être un loser | HORIZOOM

Laisser un commentaire